• Arnaud Mauduit

Le RGDP, un frein pour la connaissance client ?


Depuis le 25 mai 2018, date de l’application obligatoire du RGPD (Règlement Général de la Protection des données) qui concernent tous les citoyens européens, toutes les entreprises qui collectent ou souhaitent collecter des données personnelles pour mieux cibler leur clientèle sont confrontées à de nouvelles contraintes à intégrer au sein de leur SI.



En effet, elles doivent maintenant s’assurer que leurs clients donnent leur accord pour que leur DCP (données à caractère personnel, qui permettent d’identifier une personne physique) soient enregistrées et réutilisées par l’entreprise à laquelle ils les confient.


Les entreprises ont donc obligation de fournir à leurs clients de manière claire et explicite les moyens de comprendre et d’approuver cette démarche, qui se veut avant tout marketing. De même, ces mêmes clients peuvent recourir à un “droit à l’oubli”, qui les feraient disparaître des bases clients s’ils le décident.


Il est tout à fait compréhensible que du point de vue d’une entreprise qui collectait le maximum de données clients sans se soucier de la nature des données ni de l’utilisation potentielle qu’elle en ferait, ce règlement apparaît comme une vraie contrainte, tant d’un point de vue budgétaire (toute la ressource humaine nécessaire pour faire le ménage…) que d’un point de vue marketing (qu’allons-nous devenir si on nous retire nos données brutes sensées alimenter notre connaissance client ?)


Mais en réalité, n’est-ce-pas une véritable opportunité pour cette même entreprise, de repartir sur des bases propres et d’apporter un maximum de précision à l’expérience client proposée ? Une fois la semonce digérée, n’est-il pas temps de réfléchir vraiment à quelles données sont réellement utiles pour l’entreprise et pour quels objectifs ? Et de revenir à une notion de Smart Data plutôt que Big…


Cette démarche a au demeurant l’immense avantage de permettre de renouveler la confiance des clients. En effet, les nouvelles conditions générales de vente, pour qui prendra le temps de les lire, indiqueront quelles données vous récupérerez et à quelles fins. Ainsi, l’application de Scrabble que vous installez vite fait sur votre mobile ne vous demandera plus un accès à vos photos et vidéos, car elle n’en a pas besoin.


D’autres proposeront d’anonymiser vos données, qu’elles utiliseront seulement à des fins statistiques.


Et certaines en font même un argument de vente, comme Apple.


Et nos voisins non-européens, qu’en pensent-ils ?


Joseph O’Connor, un archiviste britannique, s’est mis en tête de recenser les sites d’actualité américains qui bloquent (ou non) les internautes européens pour éviter d’avoir à respecter les dispositions du RGPD. En date du 23 octobre 2018, 1 127 sites sont détectés comme indisponibles, contre 234 qui sont accessibles. (source numerama.com, 21 juin 2018)


Fort heureusement, certains états américains commencent à se pencher sur la question, ainsi que, de manière assez inattendue, la Chine.


Et en tant que consommateur ? Prenez le temps d’étudier la question… Souhaitez-vous vraiment recevoir des publicités dans votre fil Facebook pour des tondeuses à gazon alors que vous vivez en appartement ? Aimeriez-vous recevoir le même email générique que des millions de personnes qui offre des promotions sur des couches pour bébé alors que votre petit dernier vient de rentrer au collège ?


N’apprécierez-vous pas que votre assureur depuis plus de 10 ans vous propose une assurance voiture à prix concurrentiel que vous pourriez souscrire avant même d’avoir récupéré votre nouveau joujou au garage ? Avec une extension jeune conducteur parce que votre fille vient de fêter ses 18 printemps ?


Comment souvent, tout est une question de mesure et de discernement. Non, le RGPD n’est pas un frein à la connaissance client, s’il est valorisé à sa juste mesure pour qui s’en donne les moyens.


Que propose WAPSI pour vous accompagner sur la RGPD ?


Tout d’abord Control Point de Microfocus qui fait de la classification de données structurées et non structurées. Nous proposons également l’intégration de NetWrix permettant de faire la traçabilité de toutes les actions sur le SI client et fait la classification des données non structurées.


Workspace de BlackBerry permettant de travailler avec des données protégées sur des personnes externes à l’entreprise.


Toutes ces solutions peuvent être intégrées à votre entreprise grâce à nos Ninjas de la Data.

46 vues